Dounia Parc :Comment un projet de ville futuriste s’est transformé en simple promotion immobilière

Publié le par lkeria.com

Après plusieurs années de négociations, le fonds d’investissement émirati EIIC a obtenu en septembre le feu vert du Conseil national de l’investissement (CNI) pour lancer son projet Dounia Parc en Algérie. Le lancement est encore incertain, mais même réalisé, la nouvelle version du projet est très éloignée de l’idée initiale. D’un concept de ville futuriste, le projet Dounia se trouve en effet aujourd'hui réduit en une simple promotion immobilière à l’ouest d’Alger. Comment ?

Selon les informations auxquelles TSA a eu accès, le projet Dounia a été imaginé et conçu par un grand cabinet américain à la demande de EIIC. C’était au milieu des années 2000. L’Algérie s’ouvrait aux investisseurs étrangers et le gouvernement était à la recherche d’un projet pour moderniser Alger. C’est alors que EIIC contacte le cabinet américain en question et lui demande de concevoir un projet capable de transformer la capitale. EIIC était en concurrence avec Emaar – il proposait de transformer le centre d’Alger - et plusieurs autres groupes internationaux, notamment saoudien et sud-coréen.

Après plusieurs mois de travail, les experts du cabinet sont arrivés à deux constats majeurs. Le premier : Alger est dix fois moins verte que Rabat et neuf fois moins que Tunis. La capitale algérienne n’a plus de poumons. Le second constat est plus déterminant : le lien social est rompu dans la capitale après 15 ans de terrorisme.

D’un côté, les hauts cadres de l’Etat et les classes aisées vivent à l’ouest d’Alger dans des zones inaccessibles pour les autres citoyens. Une zone comme Club des Pins est devenue interdite alors que dans les années 1980, les Algérois pouvaient s’y baigner en toute liberté. De l’autre coté, l’insécurité a créé d’autres zones inaccessibles, notamment dans les quartiers populaires. Ailleurs, c’est par exemple la religiosité qui a créé des zones d’exclusion. Les habitants de ces zones évitent certains quartiers d’Alger car jugés « mécréants » à cause de la présence de bars ou de restaurants servant de l’alcool.

Le projet du cabinet américain proposait d’apporter une réponse urbanistique au problème de rupture du lien social. Comment ? En construisant une mini-ville écologique, à proximité d’un grand parc de loisirs accessible à toute la population d’Alger. Les urbanistes du cabinet ont conçu une ville où des appartements de haut standing allaient cohabiter dans le même espace avec des constructions plus modestes destinées à accueillir d’autres couches sociales.

L’idée était de permettre aux Algériens de refaire l’expérience du vivre ensemble et recomposer le lien social après les années de terrorisme. Il visait à répondre à un problème global et non se contenter de proposer des appartements à la vente. Le projet a séduit le président Bouteflika. Mais rapidement, l’initiative a été détournée de sa vocation initiale.

Les raisons de l’échec sont notamment liées à l’instabilité managériale chez EIIC. Plusieurs directeurs se sont succédé à la tête du fonds en quelques années. La crise financière mondiale a aggravé les choses : le fonds a perdu d’importantes sommes d’argent en Bourse. Mais il y a aussi la responsabilité du gouvernement algérien. Le ministre Cherif Rahmani ne semble pas avoir saisi l’enjeu du projet. Du coup, l’Etat n’a pas joué pleinement son rôle de partenaire et d’accélérateur dans sa mise en place. Résultat, Dounia s’est transformé en projet immobilier. Un Club des Pins bis qui ne fera qu’aggraver la rupture du lien social à Alger.

 

Source TSA:

Immobilier algerie

Publié dans immobilier

Commenter cet article

Dounia 23/04/2011 19:29



La réalisation Du parc Dounia va coûter 5,98 milliards de dollars ! Vous avez bien lu : 5,98 milliards de dollars ! Soit
la moitié du budget de l’autoroute est-ouest !!!


Le projet Dounia, qui dépend du ministère de l’Aménagement du territoire et de l’environnement, s’étale sur une
superficie de 800 ha au nord-ouest d'Alger. Il porte principalement sur un grand parc naturel, des espaces verts, des aires récréatives et des installations éducatives, mais aussi un hôpital, une
école internationale et, tenez-vous bien : des résidences, des villas et des milliers de logements... EIIC veut rentabiliser le projet du parc en consacrant 130 sur les 800 hectares à son projet
immobilier pour milliardaires. Pourquoi l’état concède-t-il ce terrain à un promoteur immobilier alors qu’il est plus simple d’en faire un parc qui coûtera à peine quelques millions d’euros sans
polluer le site, bien au contraire.


Dounia est-il un parc naturel et de loisirs ou d’un projet immobilier ? Les citoyens ont toujours craint le détournement
de cet espace vers des activités industrielles ou résidentielles. Voila donc que ce site que le citoyen lambda croyait réservé pour lui, pour son repos et celui de ses enfants, pour sa détente et
celle de sa famille, se transforme en immense projet immobilier ! Cet espace que l’on espérait devenir le poumon d’Alger sera un prolongement urbanistique qui participera à défigurer d’avantage
la capitale, à l’encombrer et la polluer. Il comptera 13 000 logements, un hôtel international, une tour de 47 étages, un hôpital international avec piscine, un centre d’affaires, une salle de
conférence, un terrain de golf, un immense parking…


On nous dit que le projet va générer 8750 emplois directs ! Waw ! Des emplois de gardiens et de balayeurs ? Dounia
pourvoyeuse d’emploi plus qu’El Hadjar ou la SNVI de Rouiba ! Une immense usine ! Mais pour créer quelles richesses ? Pour générer quelles produits utiles et rentables sur le plan touristique,
culturel, artisanal ? Ce projet sera plutôt un « gate residence », un de ces lieux de résidence fermés et clôturés pour milliardaires : la clôture de Dounia existe déjà, ne manquent que les
vigiles armés et les résidences ! Les milliardaires algériens pourront alors s’y retrouver en toute sécurité, sans se mélanger à la plèbe.


Le projet Dounia est un parc spécifique au coût vraiment spécifique ! Il ne ressemble en rien à ce que les Algériens
espéraient. A voir les quelques palmiers, pins et sapins plantés n’importe comment, géométriquement et alignés bêtement, il y a lieu de douter que ce sera un parc ou un jardin digne de ce nom !
on y plante des arbres n'importe comment, en imporovisant. Tantôt des enfants plantent 600 arbres. Tantôt on y met quelques peupliers ou palmiers qui ne sont jamais irrigués!!! Si c’était
vraiment un parc naturel ou de loisir qu'on voulait, la logique aurait voulu que l’on fasse appel à des paysagistes nationaux et internationaux, par voie de concours, et le résultat aurait été
fabuleux car un espace aussi beau et aussi grand aurait intéressé les meilleurs paysagistes du monde. Les meilleurs jardiniers et spécialistes des parcs et des jardins auraient proposé leurs
services. Des paysagistes français, anglais et japonais, pour ne citer que les pays ayant une très vieille tradition dans les jardins et les parcs, nous auraient gratifié de plans qui font rêver,
qui auraient donné à Alger un espace digne d’elle, un espace d’une beauté reconnue à l’échelle universelle. Il existe aussi des paysagistes algériens qyu auraient proposé des jardins qui font
rêver ! On aurait même fait une réplique du jardin d’essai du Hamma, ce n’aurait pas été une mauvaise idée !


 Le jardin du Hamma a été créé au début du vingtième siècle : un siècle
après, ne sommes-nous même pas capables de faire pareil ? Apparemment Chérif Rahmani n'a jamais visité le jardin d'essai du Hamma. Autrement il saurait ce qu'est un parc! A moins qu'il se laisse
berner à escient par ses copains Emiratis! 


L’Algérie n’est pas dépourvue de parcs et de jardins : le jardin botanique du Hamma est une petite merveille qui a
malheureusement été abandonnée pendant des années, tout comme le parc zoologique de Ben Aknoun qui jouie de peu d’attention, qui a de nombreux problèmes et qui n’attire que quelques milliers de
visiteurs par an ! Une catastrophe ! Pourquoi ne pas remédier aux problèmes de ce parc avant de lancer quoi que ce soit si l’intention était louable ?


En matière de parcs, les Emiratis ne sont pas des spécialistes, loin de là. Notre pays dispose de compétences mille fois supérieures
aux leurs ! C’est un pays désertique et son peuple ne sait pas ce qu’est un jardin ! Pourquoi leur donner à réaliser un jardin chez nous ? La honte Comment la société EIIC a-t-elle obtenu le
marché de Dounia ? Que comprenait le cahier des charges ? Qui a défini ce cahier des charges ? Pourquoi construire des résidences et des logements alors que l’état aurait pu s’en charger, par le
biais de n’importe quelle société nationale ou université ? Pourquoi ajouter des résidences et des bâtiments au milieu d’un espace vert ? La réponse est claire ! Pour faire bénéficier les
Emiratis ! Corruption quand tu nous tiens ! Pauvre Algérie ! Les émiratis viennent s’enrichir sur notre dos et nous fourguer n’importe quoi !



lkeria.com 16/06/2012 14:53



vous avez entièrement raison mais il suffit de savoir qu'il a ey expropriation et indemnisation par l'Etat pour que le terrain soit donné comme cadeau à ce promoteur du Golf en plus d'un
financement garanti par les banques algerienne et autorisation de transfert de devise ...


il faut chercher à qui bénéficie le crime.


 


en tout les cas pas aux algériens.