Éradication de l’habitat précaire

Publié le par lkeria.com

 

 

Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Noureddine Moussa promet de sévir contre les « tricheurs » ceux ayant usé de procédés frauduleux pour bénéficier d’un logement à la faveur des opérations d’éradication de l’habitat précaire affirmant que «le temps des subterfuges contre l’État est révolu».

S’exprimant, hier, sur les ondes de la Chaîne I de la Radio nationale, Noureddine Moussa a indiqué que des investigations sont en train de se faire en vue de démasquer les escrocs qui ont pu s’infiltrer dans les listes des bénéficiaires et seront, non seulement expulsés de leurs logements, mais aussi poursuivis en justice.

« Ces gens malhonnêtes qui privent les vrais nécessiteux d’accéder à un logement, tirent frauduleusement des profits sur le dos du Trésor public. Ils seront combattu par la force de la loi », a-t-il déclaré avant de préciser que « tous les moyens techniques sont disponibles pour identifier les gens qui ont triché pour bénéficier d’un logement et s’il y a erreur, nous rectifions ».

Les opérations de résorption de l’habitat précaire, poursuit-il, prendront fin d’ici 2014 et concernent seulement les familles qui ont été recensées en 2007. « Les nouveaux occupants de gourbis sont catégoriquement exclus de ces opérations », a averti le ministre qui répète encore une fois que : « le temps des subterfuges sur l’État est révolu ».

Par ailleurs, le ministre dira que 341.000 logements sont inscrits au niveau national dans le cadre de l’éradication de l’habitat précaire dont 180.000 seront inscrits pour l’année prochaine alors que d’autres nécessitent des opérations de rénovation. Interrogé par ailleurs, sur l’entrée en vigueur du crédit logement à taux bonifié, Noureddine Moussa qui a su comment éviter de répondre de manière explicite, mais fera savoir en revanche que tous les textes d’application sont publiés.

Le blocage réside, aux dires du premier responsable du secteur, dans les critères d’éligibilité mais surtout le foncier immobilier qui demeure toujours insuffisant. « L’offre est en déphasage avec la demande qui ne cesse d’augmenter », a-t-il répliqué sans pour autant chiffrer le nombre des demandeurs inscrits jusqu’à l’heure en vue de bénéficier de cette nouvelle formule.

Cependant, il a tenu à mettre en évidence les abattements sur le prix du foncier que l’État met à la disposition des promoteurs dans le but de réduire le coût des logements (80% au Nord, 90% dans les hauts plateaux et 95% dans le Sud). Dans le même ordre d’idées, le ministre fera savoir que le gouvernement à décidé de revoir le plan d’orientation urbanistique pour résoudre le problème crucial du foncier.

D’autant plus, poursuit le ministre, la réalisation de nouvelles routes et l’autoroute Est-Ouest, notamment, permettront de réserver d’importants espaces pour héberger les projets inscrits. S’agissant du projet de loi sur la promotion immobilière, qui sera présenté le 10 novembre prochain à l’Assemblée populaire nationale, Noureddine Moussa dira que ce projet de loi intègre des actions de rénovation et de réhabilitation du tissu urbain dans les grandes agglomérations.

Il prévoit notamment, ajoute-t-il, certaines dispositions en ce qui concerne la protection des clients des promoteurs immobiliers et des sanctions contre ces derniers qui se seraient rendus coupables de déviations. En ce qui concerne la qualité des logements, le ministre dira que « celle-ci n’est pas un slogan, mais un plan d’action et un processus qu’on doit maitriser et contrôler du choix de l’assiette foncière, jusqu’à la réception du logement », précisant que « la qualité des logements et l’amélioration de l’environnement urbanistique sont les défis à relever durant le programme quinquennal 2010/2014 ».

Hamid Mohandi

 

agences immobilières

Publié dans immobilier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article