Relogement à alger avant l’Aïd El Fitr

Publié le par lkeria.com

Poursuivant son programme de relogement tous azimuts, la wilaya d’Alger compte caser avant l’Aïd El Fitr quelque 200 familles vivant dans les cimetières. C’est ce que révèle le chef du cabinet du wali d’Alger qui s’exprimait, avant-hier, lors de la conférence de presse organisée à l’occasion de la présentation du plan de réhabilitation du patrimoine immobilier de la capitale.                              `
Djameleddine Berrimi souligne à cet effet que cette opération concernera les treize cimetières d’Alger, que ce soit ceux gérées par l’entreprise de gestion des pompes funèbres et cimetières la wilaya d’Alger ou ceux des communes. Les familles bénéficiaires qui ont squatté ces lieux, destinés normalement exclusivement aux morts, au temps de la décennie noire seront de ce fait relogées dans des logements sociaux. « C’est une opération qui s’inscrit dans le cadre du programme global du relogement qui touche 12.000 familles de la wilaya d’Alger », tient-il à le rappeler.                    
En revanche, les familles qui ont squatté les terrasses et les caves des immeubles de la capitale devront patienter quelque temps encore pour pouvoir s’installer dans des logements décents. Le chef du cabinet du wali d’Alger indiquera à ce propos que le relogement de ces indus occupants ne se fera pas tant que les locataires des immeubles en question ne présenteront pas des garanties fermes qui excluent le retour dans ces lieux par d’autres personnes.                            
Toutes ces actions initiées par la wilaya d’Alger entrent dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire (RHP) qui représente plus de 40% de l’ensemble du programme quinquennal 2010-2014 lequel comprend la réalisation de quelque 35.000 logements destinés exclusivement pour éradiquer l’habitat précaire. Déjà, 7.000 Familles ont été relogées depuis le mois de mars  dernier en attendant le reste, soit 3100, qui le seront avant la fin de l’année en cours. La dernière opération a eu lieu le mois dernier qui a vu le relogement de plus de 740 familles des bidonvilles dans deux sites, en l’occurrence Bourouba et Birtouta.              
Ainsi, le nombre d’habitat précaire à Alger se voit relativement rétrécir et devrait atteindre à la fin de l’année 35.000 logements appelés à être démolis. Il s’agit des immeubles menaçant ruine (IMR), les chalets, les habitations situées à l’intérieur des cimetières ou encore les constructions illicites au niveau des terrasses et des caves.                                    
Et l’on soutient du côté des responsables de la wilaya d’Alger que les travaux avancent à un rythme soutenu car il convient de signaler que les 35.000 unités en question ont été intégrées dans le quinquennat 2010 – 2014 bien que les chantiers aient démarré bien avant 2010.                        
Cependant, les entraves sont inévitables dans ce genre de chantiers d’envergure et l’une des principales contraintes rencontrées par les promoteurs et les entrepreneurs a trait à l’absence et à la rareté du foncier, chose qui a contraint les responsables de la wilaya d’Alger à délocaliser une partie des programmes sur des sites situés à Tipasa et à Blida.

 

Source:El moujahid

Algeria real estate

Publié dans immobilier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article