Stabilité des prix des matériaux de construction grace aux mesures du gouvernement

Publié le par lkeria.com

Lors d'une séance réservée aux questions  orales, à l'Assemblée populaire national, le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme, Noureddine Moussa, s'est enquis, jeudi, des difficultés rencontrées par les entreprises de réalisation dans la mise en œuvre des projets du secteur du fait de la hausse des prix de certains matériaux de construction tels que le ciment et le fer et de l'indisponibilité de certains autres, notamment le sable.  Cependant, il a affirmé  que depuis que le gouvernement a mis en place des mesures strictes sur la disponibilité de ces matériaux et la stabilisation de leur prix, les projets du secteur connaissent une continuité à un rythme soutenu. A propos du ciment, M. Moussa a rappelé la décision du gouvernement (fin 2009) portant sur le développement du groupe industriel de ciment (Gica), promotion de l'investissement national pour la production de ce matériau et l'importation de quantités suffisantes pour couvrir les demandes urgentes.  Le ministre a ajouté qu'en parallèle un décret avait été promulgué qui définit les marges bénéficiaires pour les marchands de gros et de détail.
Les services de sécurité ont également été chargés d'enquêter au niveau des sociétés de production et de distribution sur le monopole de ce matériau et les raisons de son indisponibilité sur le marché, a-t-il précisé. Le Premier ministre avait donné, à ce propos, instruction de créer une commission nationale d'experts pour le suivi de la promotion de l'investissement en matière de matériaux de construction. Le ministre a rappelé la décision des autorités de prolonger l'exploitation des sables des oueds de façon réglementée et étudiée en vue de satisfaire la demande croissante au niveau national.  Par ailleurs, lors d'une déclaration à la presse, en marge de la séance, le premier responsable du secteur de l'habitat a souligné que les services de son département poursuivront leurs efforts de lutte contre l'habitat précaire au niveau national. Il a précisé, dans ce cadre, que les opérations de relogement s'effectuent suivant la réception des nouveaux logements.  Ainsi, selon le ministre, il a été recensé près de 580 000 habitations précaires, dont 180 000 construites en terre dans les wilayas du Sud. Pour ce qui est des logements de type F2, M. Moussa a affirmé qu'il a été décidé de les interdire à l'avenir, soulignant que les logements de ce type livrés actuellement concernaient de vieux programmes.

 

Source: El maghreb

Immobilier en Algérie

Publié dans immobilier

Commenter cet article