Un haut responsable émirati chez Bouteflika pour tenter de débloquer des projets

Publié le par lkeria.com

Le président du conseil national de la fédération des Emirats Arabes Unis, Abdelaziz Abdallah El Ghoreir est en Algérie. Il a été reçu mercredi 13 octobre par le président Abdelaziz Bouteflika. Le responsable émirati est venu tenter un déblocage de certains projets d’investissements émiratis, en souffrance depuis plusieurs années en Algérie.

Parmi les dossiers en suspens, le projet de Dounya Parc, dont les travaux n’ont toujours pas commencé. Hamid Chebira, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l’Algérie aux Emirats Arabes Unis, a déclaré ce matin à Khaleej Times, que le Premier ministre Ahmed Ouyahia a donné le feu vert au groupe EIIC pour reprendre les travaux du fameux parc. Cependant, le projet demeure otage d’une opération d’expropriation et de multiples blocages à en croire un ex-responsable au niveau de la filiale algérienne de EIIC. A son arrivée en Algérie, Abdelaziz Abdallah El Ghoreir a clairement affiché la couleur : il est venu « appuyer tous les investissements dans les domaines immobilier, touristique, financier et pétrolier ».

Outre le projet Dounya, EIIC avait annoncé également son intention de mettre sur pied une usine de ciment et de fer à Oran d’un montant de 8,5 milliards de dollars. Le groupe émirati s’était également engagé dans un projet agricole qui consiste à réaliser une ferme laitière, la plus grande d’Afrique, de 24.000 têtes et 12.000 vaches laitières. A citer également le projet touristique à Aïn Taya, un hôtel à Moretti et un autre projet à Bab Ezzouar. A cela s’ajoute, selon des sources proches du groupe, un projet touristique et écologique à Henaya et une usine d’aluminium. L’investisseur émirati avait estimé l’enveloppe globale de ses projets en Algérie à quelques 20 milliards de dollars.

L’autre investisseur émirati Emaar, avait lui annoncé le gel de ses investissements en Algérie fin 2009. Ce géant de l’immobilier de Dubaï était touché de plein fouet par la crise financière internationale. Le montant global de ses investissements était alors estimé à 5,5 milliards de dollars.

 

Source: TSA

Immobilier en Algérie

Publié dans immobilier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article